Vive les dentitions avec défauts ! Le sourire hollywoodien n’a plus la cote

Vive les dentitions avec défauts ! Le sourire hollywoodien n'a plus la cote

Elles sont source de nombreux complexes. Ces derniers temps, pourtant, pas besoin d’avoir les dents toutes droites ou toutes blanches pour séduire l’univers de la mode. Au contraire ! Dans une récente campagne Saint Laurent, Lauren Hutton, 80 ans, pose en blazer XXL dans un grand éclat de rire. Sur la photo en noir et blanc, on distingue bien ses « dents du bonheur ». Fin janvier, alors qu’elle défilait pour Chanel Haute Couture, l’actrice Margaret Qualley montrait, elle aussi, ses dents légèrement espacées et avancées dans un large sourire.

Lors du show printemps-été 2024, Collina Strada – marque new-yorkaise très appréciée par la Gen Z –, les modèles affichaient un sourire jusqu’aux oreilles. Toutes n’avaient pas des dents ultra-blanches ou alignées. Côté beauté, mi-janvier, sur Instagram, la marque Violette_fr (lancée par la Frenchy Violette à New York) faisait la promotion d’un nouveau rouge à lèvres avec une photo en gros plan sur une bouche dont la particularité était de découvrir deux incisives probablement atteintes de fluorose – une affection de l’émail qui se manifeste par des taches blanches. La tendance ne serait-elle plus au « sourire ultra-brite » et aux quenottes parfaitement alignées ? La dentition deviendrait-elle plus « inclusive » ?

Cela donne une touche d’originalité et de cool

Pour Alexandra Jubé, fondatrice du bureau de tendances du même nom : « La vague très pop dans la mode de ces dernières années se traduit par beaucoup de second degré et d’acceptation de soi, tel que l’on est. Cela passe notamment par des expressions du visage fortes, parfois des sourires. Quand on sourit dans la mode, l’effet produit est disruptif. Et quand on va chercher des gens avec des dents un peu imparfaites, cela donne une touche d’originalité et de cool. » Nicolas Bianciotto, directeur de casting et fondateur d’Ikki Casting, complète : « Certaines mannequins aux dents écartées et un peu “imparfaites” en font une marque de fabrique. Elles ont bien raison puisque c’est une singularité qui plaît beaucoup aux marques. »

Parmi les exemples les plus connus, on peut citer les Anglaises Lily McMenamy ou Georgia May Jagger. La fille de Mick et de Jerry Hall, 32 ans aujourd’hui, a conservé ses dents telles quelles, alors que tout le monde lui conseillait d’en réduire l’espace. Ou, au début des années 1990, les canines pointues de Kate Moss contrastaient avec le sourire sans défaut d’une Cindy Crawford. Elles ne l’ont pas empêchée de devenir l’icône que l’on sait. Le récent engouement pour les sourires « imparfaits » ne serait-il pas aussi un pied de nez au boom du « sourire Hollywood » – obtenu à coups de facettes ? Publié à l’automne dernier, un article du « Washington Post » raconte la quête, outre-Atlantique, d’un sourire ultra-droit et ultra-blanc. Le résultat est le même pour tous – et parfois dénué de charme. « Je pense que ces facettes, très blanches et en forme de Lego, sont une mode, estime la spécialiste en dentisterie cosmétique Sara Hahn. Elles ne vieilliront pas bien. » Raison de plus pour garder des dents–saines–au naturel !