les 3 travaux de rénovation prioritaires

les 3 travaux de rénovation prioritaires

Vous entreprenez la rénovation d’une passoire énergétique ou souhaitez booster le DPE de votre logement ? Voici les 3 travaux prioritaires, selon un expert.

Encourager la rénovation des logements classés E, F et G est l’un des défis du gouvernement en 2024. Mais par où commencer, au juste, lorsqu’on veut remettre à neuf énergétiquement une passoire thermique ? Michaël Brochard, directeur général de Préservation du Patrimoine, entreprise leader de la rénovation énergétique en France, nous éclaire.

Rénovation énergétique : les passoires thermique, sujet brûlant

Le terme « passoire thermique » désigne une habitation où, bien souvent, une isolation insuffisante et des installations vétustes sont à l’origine de déperditions d’énergie importantes (et donc, d’une consommation – et d’une facture – élevées).

En France, un logement est considéré comme une passoire thermique lorsque son DPE (Diagnostic de performance énergétique) est jugé insuffisant (F, G ou G+). Depuis 2023, les logements au DPE G+ sont interdits à la location. Le même destin attend ceux classés F, G et E à l’échéance 2034. Depuis 2022, les loyers des logements dit « passoires thermiques » sont également gelés. Le but de ces politiques publiques ? Encourager les propriétaires à engager des travaux pour améliorer l’efficacité énergétique de leur bien, et ainsi réduire leur facture, en plus de préserver la planète. Pour Michaël Brochard, directeur général de Préservation du Patrimoine, « la rénovation énergétique permet également de valoriser son bien et son patrimoine ». Et elle ne se limiter pas uniquement aux passoires thermiques ! « On peut opter pour une stratégie de rénovation globale, si l’on veut gagner deux classes au DPE, ou encore choisir un seul geste de travaux, pour améliorer son confort thermique par exemple », précise l’expert.

En 2024, pour bénéficier de MaPrimeRénov’, il faudra cependant opter pour une rénovation d’ampleur, en engageant au moins deux gestes de travaux, dont un portant obligatoirement sur l’isolation.

Rénovation énergétique : les 3 gestes de travaux prioritaires pour une passoire thermique

Mais par où commencer ? « Les travaux prioritaires que l’on conseille sont souvent :

  • l’isolation des parois,
  • le changement des menuiseries,
  • et la transition vers un système de chauffage intelligent« ,

développe Michäel Brochard. Le directeur de Préservation de Patrimoine précise que l’isolation des combles est également un geste à envisager, notamment pour les constructions anciennes où celle-ci s’avère bien souvent insuffisante. Dans tous les cas, pour gagner deux classes sur le DPE, c’est à dire, pour entrer dans les clous d’une rénovation globale, il faut s’assurer à minima que les parois sont isolées, que les menuiseries sont changées, que la ventilation est performante et que le système de chauffage est au niveau. « Souvent, une partie des travaux est déjà réalisée, ce qui facilite la rénovation. Pour une maison performante en isolation, ce bouquet est essentiel, et c’est lui qui permet un montant d’aides très important, jusqu’à 70% ou 80% du coût total du chantier pour les ménages à faibles revenus« , ajoute Michaël Brochard.

Rénovation énergétique : comment éviter le casse-tête financier ?

Comment faire pour financer ces travaux, justement ? En réalité, la manœuvre est plus simple qu’il n’y paraît. Dans un premier temps, il faut prendre contact avec un accompagnateur France Rénov’. Ce dernier peut faire un diagnostic énergétique, et vous aiguiller sur les types de travaux à entreprendre.

Ensuite, choisissez bien votre entreprise, et gare aux arnaques ! « Il vaut mieux passer par une société bien connue, s’assurer que celle-ci possède l’ensemble des certifications RGE », recommande Michäel Brochard. Et surtout, on évite de tomber dans le panneau de promesses trop alléchantes. « Une rénovation à 1€, ça n’est pas possible si l’on respecte le cahier des charges et les exigences RGE », ajoute-t-il.

Pour le financement et l’attribution des aides, laissez-vous là aussi guider par votre accompagnateur : il est formé pour vous indiquer le montant des aides auxquelles vous êtes éligibles, par rapport au montant total des travaux conseillés. Chez Préservation du Patrimoine, cet accompagnement est double, puisqu’en plus du conseiller France Rénov’, l’entreprise mandate un interlocuteur « physique » pour assister chaque client et chaque chantier. Entre les premières démarches et le début des travaux, Michaël Brochard estime qu’il faut compter sur un parcours d‘environ 3 mois. Mais ce temps est essentiel : “il ne faut jamais débuter les travaux avant d’avoir entamé les démarches, prévient-t-il. Le particulier s’expose, dans ce cas, à ne pas recevoir les aides, qui obéissent à des process très précis”.