Coaching beauté : je n’ai pas le temps de me sécher les cheveux avant de dormir, est-ce grave ?

Coaching beauté : je n’ai pas le temps de me sécher les cheveux avant de dormir, est-ce grave ?

Il est tard, vous filez sous la douche et vous lavez vos cheveux en prévision d’un réveil difficile le lendemain, puis rejoignez très vite les bras de Morphée. N’avez-vous pas là oublié une étape importante de votre routine capillaire ? À moins que cela ne soit votre habitude ? Laquelle ? Celle de vous coucher les cheveux mouillés, pardi ! Mais, soyons honnêtes, qui n’a jamais zappé l’étape du sèche-cheveux ? Et si l’on sait déjà que dormir avec les cheveux mouillés peut être dangereux pour la santé puisque les longueurs humides au contact de notre nuque tout au long de la nuit peuvent provoquer torticolis, courbatures musculaires et même maux de tête au réveil, la question ici reste la suivante : est-ce néfaste pour la santé et la beauté de nos cheveux ? Olivier Lebrun, coiffeur fondateur du salon Olab Paris, répond. 

La réponse 

N’y allons pas par quatre chemins : « Oui, dormir les cheveux mouillés est mauvais », indique directement l’expert. En revanche, le risque principal ne réside pas dans la fragilisation de la chevelure en elle-même (même si la création de nœuds est favorisée), mais plutôt dans la mise en péril du bon fonctionnement de notre cuir chevelu. En effet, « le phénomène de condensation, autrement dit le combo chaleur du crâne et eau, peut rendre le cuir chevelu plus sensible et donc engendrer son dérèglement. Peu à peu, les risques de sécheresse ou à l’inverse une tendance à graisser trop vite, voire des problèmes de pellicules allant jusqu’à la desquamation peuvent s’induire ». Une chose est sûre si vous êtes déjà sujette à des inconforts capillaires, dormir avec les cheveux mouillés peut exacerber le problème.  

Une information à nuancer tout de même puisque le problème ne va pas émerger instantanément. « Il n’y a rien d’alarmant à s’endormir avec les cheveux mouillés une fois de temps à autre », explique le pro. On se réveillera même avec une crinière à la texture plus naturelle. Certaines préfèreront attacher leur chevelure mouillée (avec une tresse, par exemple) afin d’obtenir une coiffure différente le lendemain matin (bonjour wavy). Le principal étant de ne pas tomber dans l’excès. C’est le comportement répétitif et habituel qui peut mener à ce dérèglement cutané. 

Les astuces 

Le mieux reste donc de bien se sécher les cheveux naturellement ou avec un sèche-cheveux avant d’aller au lit. Cependant, « si on devait vraiment aller se coucher les cheveux mouillés, je recommande tout de même de bien sécher la racine des cheveux et de laisser les longueurs humides afin de limiter au maximum ce phénomène de condensation », explique Olivier Lebrun. Une autre astuce de pro ? Bien choisir sa taie d’oreiller, notamment la matière. Et contrairement à ce que l’on pense, la taie en soie, prônée pour ne pas abîmer, ni fragiliser les cheveux, n’arrive pas en tête. Dans ce cas précis, l’expert recommande d’éviter les matières aux fibres synthétiques et d’opter pour une matière absorbante comme le coton afin de limiter l’installation d’un foyer humide durant toute la nuit. Enfin (et pas des moindres), pour éviter l’effet mousseux, « il est possible d’user d’un produit gainant afin de dompter un peu plus la chevelure ». Eh oui, « quitte à dormir avec les cheveux humides, autant optimiser le processus en appliquant ce qu’on appelle un leave-in, un soin sans rinçage à laisser poser la toute la nuit sur la chevelure ».